• 27/08 - Enquête Publique SMITU
  • Nouveaux Horaires
  • 09/22 - Forum des associations
  • 1
  • 2
  • 3
  • 24 /09
    15:00 à 19:00
    Collecte de sang

    Don du sang
    Lieu : La Passerelle

  • 28 /09
    18:00 à 19:30
    Rencontre d'auteur : Céline Spreux

    Lieu : Médiathèque de Florange.
    Public adulte.
    Entrée libre.
    En savoir plus

La Ville de Florange a commémoré, le dimanche 26 avril, la 71ème Journée nationale du souvenir des victimes de la Déportation. Au Monument aux Morts, Michel Decker, Maire de Florange a honoré la mémoire de tous les déportés et a rendu hommage à leur sacrifice.

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour nous souvenir de toutes les victimes et héros de la déportation, cette machine d’extermination pensée et mise en œuvre par le régime nazi, il y a plus d’un demi-siècle. Il est, en ce jour, de notre devoir de rappeler ce que fut l’une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La déportation fut une implacable machine à déshumaniser, à exterminer hommes, femmes et enfants au nom d’une idéologie ». C’est par ces mots que Michel Decker, Maire de Florange, après avoir déposé une gerbe au pied du Monument aux Morts, a débuté son discours en présence des forces vives de la commune, de nombreux représentants d’associations et de citoyens.

Les participants à cette commémoration ont observé une minute de silence en mémoire des souffrances atroces endurées par ces hommes, ces femmes et ces enfants, exterminés et persécutés pour ce qu’ils étaient ou ce qu’ils pensaient.

Avec la collaboration du gouvernement de Vichy et de l’Etat français, ce sont plus de 140 000 personnes qui ont été déportées. Parmi elles, environ 76000 juifs dont la moitié furent gazés à leur arrivée. Entre 75000 et 85000 tsiganes, homosexuels, communistes, résistants et opposants furent aussi déportés vers les camps de concentration et d’extermination.

Le premier magistrat de la commune a conclu son intervention en citant le poète et résistant Paul Eluard : « Si l’écho de leur voix faiblit, nous périrons ». Il appartient en effet aux nouvelles générations d’honorer l’action et les sacrifices des déportés en agissant pour que le respect de la dignité humaine, la solidarité et la liberté triomphent à nouveau dans un monde plus juste et plus pacifique.

Un article rédigé par Emmanuel GARBAL