Après la publication de son recueil de poèmes « Tout feu tout femme » sorti en 2012, Marie-Dominique Peters-Poncin s’est lancée dans l’aventure romanesque avec « Dans l’ombre du doute », paru il y a quelques mois. L’auteur sera présent à la Médiathèque, le vendredi 20 mars prochain dès 18h00, pour dialoguer avec ses lecteurs dans le cadre de « Book Avenue ».

« J’ai eu envie d’écrire une histoire sur la culpabilité et les remords, puis très vite, au fil de l’écriture, mon histoire a pris une tournure différente » révèle Marie-Dominique Peters-Poncin à propos de « Dans l’ombre du doute », son premier roman paru aux Editions de l’Officine le 12 septembre 2014. Deux ans, jour pour jour, après la sortie de son recueil de poèmes : « Tout feu tout femme ».

Son roman a été conçu avec cette volonté farouche d’y incorporer des sentiments forts tels que l’amour, la passion mais aussi la jalousie, le désespoir ou la haine. Le tout, en mêlant habilement fantasmes et réalité avec cette question sous-jacente : « Que s’est-il passé depuis ce voyage outre-Atlantique pendant lequel Mathieu, l’époux de Justine, a disparu sans laisser de traces ? ».

Habile sera le lecteur qui parviendra à dénouer les fils de cette intrigue passionnante et surprenante qui emprunte tant au drame psychologique qu’au thriller. « Une des mes volontés était de créer progressivement du suspense pour aboutir au climax final (NDLR : point culminant de l’intrigue) » reconnaît l’auteur qui a réussi son pari. C’est peu dire qu’elle manie l’écriture depuis des années, elle, qui, à la fin des « seventies » signait les textes du groupe de rock « Retour de Flammes » puis de « Starter ». Certains textes évoquant la Lorraine peuvent d’ailleurs être découverts en lisant « Tout feu tout femme ». Aux chansons puis aux poèmes ont succédé des nouvelles qu’elle envisage un jour prochain de faire découvrir à ses lecteurs.

« L’écriture est une nécessité, un besoin vital »

Marie-Dominique Peters-Poncin

Signer un contrat avec une maison d’édition est un aboutissement pour tout auteur mais représente un parcours souvent semé d’embûches. Marie-Dominique, elle, a pu bénéficier d’un heureux coup du sort. « Les Editions de l’Officine souhaitaient contacter l’Espace Culturel Leclerc de Thionville. Mon numéro de téléphone comportant de nombreuses similitudes avec le leur, une erreur a facilité le rapprochement ». Et voici Marie-Dominique en train de discuter avec l’éditeur. Celle-ci lui propose alors d’éditer ses poèmes. Il accepte, séduit par la qualité des textes proposés mais à une condition : que ces derniers soient illustrés. Loin d’être stressée, Marie-Dominique demande à deux de ses proches (Marcel et Yann Hay) de s’occuper de la conception graphique et relève le défi. L’ouvrage convainc les lecteurs et c’est sans la moindre hésitation que les Editions de l’Officine renouvellent leur confiance à l’auteur. « Nous travaillons en parfaite harmonie. Ils apprécient mon travail et tentent de le médiatiser au mieux ». Preuve en est les nombreuses séances de dédicaces auxquelles participe Marie-Dominique Peters-Poncin dans la Région et sa présence au Salon du Livre et des Cultures (Luxembourg-Ville) les 14 et 15 mars prochains.

Jamais à cours d’inspiration, « tout feu, tout femme », Marie-Dominique Peters Poncin travaille d’arrache-pied à la rédaction de son nouveau roman : un thriller. Si elle s’en tient à la règle, vous pourrez le découvrir le 12 septembre 2016 ! Patience donc et n’hésitez pas à venir la rencontrer le vendredi 20 mars prochain à la Médiathèque !


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

Tout au long du mois de mars, la Médiathèque vous propose un programme varié mêlant exposition, heure du conte, ou encore rencontre autour de la Musique.

Exposition "À quatre temps" / du 3 au 31 mars - Exposition prêtée par le service départemental d’Archives de la Moselle

Heure du conte : quand le conte rencontre la Musique / mercredi 25 mars • 15h00 - de 4 à 9 ans - Entrée libre

Un peu de crème sur du coton / vendredi 27 mars • 20h00 - Duo Chant et Contrebasse, par Françoise Markun et Guy Schneider - Tout public, à partir de 12 ans • Réservation conseillée (places limitées)

Rencontre musicale / samedi 28 mars • 14h30 - Public ado/adulte - Entrée libre

« Une rencontre musicale très Rock autour des virtuoses Hendrix, Clapton, Gilmour, Santana, Zappa, Beck... »

le programme complet

Un échange franco-allemand est organisé entre le Collège Louis Pasteur et le "Gymnasium Borbeck" situé à Essen. Du 13 au 20 mars, les collégiens florangeois se rendront en Allemagne. Pour l'heure, les collégiens allemands séjournent dans notre commune jusqu’au 10 mars. Michel Decker, Maire de Florange, accompagné de Corinne Lombardi (Adjointe chargée de l’Etat civil et des Elections) a accueilli les élèves allemands, florangeois et leurs encadrants à l'occasion d'une cérémonie conviviale organisée le mardi 3 mars, au sein de la Salle du Conseil de l'Hôtel de Ville.

Quinze élèves allemands et deux accompagnateurs sont présents à Florange jusqu’au mardi 10 mars, dans le cadre de l'échange mis en place avec le Collège Louis Pasteur. Lors d’une cérémonie organisée en mairie à leur intention, ils ont pu se familiariser avec notre commune grâce à la projection d’un diaporama commenté par Michel Decker, Maire de Florange. « C’est un grand plaisir pour moi de vous accueillir ici. Notre commune est comme Essen une ville industrielle d’une taille plus modeste. Durant votre séjour, vous allez pouvoir découvrir les spécificités de Florange et tisser des liens d’amitié avec vos correspondants français que je souhaite durables » s’est exprimé l’édile. André Poncin, Principal du Collège Louis Pasteur et initiateur du projet, a confirmé ce souhait et n’a pas manqué de rappeler la qualité des animations et visites proposées dans le cadre de cet échange.

Au programme notamment de cette semaine : accompagnement des élèves français dans leurs cours respectifs au sein du collège / visite du Centre Pompidou puis quartier libre dans le centre-ville ou visite de l'exposition photographique "France(s) territoire liquide" à l'Arsenal, visite guidée du Musée des Mines de Neufchef, visite du Salon des métiers à Veymerange et soirée franco-allemande, weekend dans les familles des élèves français, visite de Nancy.

Les quinze collégiens florangeois et leurs deux encadrants se rendront à Essen du vendredi 13 mars au vendredi 20 mars. Au programme : accueil des français par leurs correspondants et par la direction de l'école / promenade nocturne au Parc Régional de Duisbourg (vendredi 13 mars), week-end dans les familles allemandes (samedi 14 et dimanche 15 mars), accompagnement des élèves allemands dans leurs cours respectifs et cours de hip-hop à l'école de danse Lentz (lundi 16 mars), excursion à Bonn, visite du centre-ville et de la Maison de l'Histoire allemande (mardi 17 mars), workshop artistique au musée Folkwang puis accueil à la mairie d'Essen par le Maire (mercredi 18 mars), projet commun artistique autour du son et soirée franco-allemande (jeudi 19 mars).

Ces deux séjours vont permettre aux collégiens de partager de bons moments, d'échanger, d'apprendre (tout en se divertissant) et de se rapprocher tant humainement que culturellement.


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

Après six ans d’absence au théâtre, Clovis Cornillac est revenu à ses premières amours en janvier 2013 avec « La Contrebasse » pièce de Patrick Süskind, créée au Théâtre National de Nice, jouée ensuite au Petit Théâtre de Paris puis proposée au public dans le cadre d’une tournée à guichets fermés. Le vendredi 6 mars, le comédien était présent sur les planches de la Passerelle face à une salle comble.

Il y d’abord l’accord parfait entre le musicien et sa moitié. Le contrebassiste (Clovis Cornillac) faisant l’éloge de l’instrument le plus grand, gros, grave, beau et le plus indispensable de tout l’orchestre (« N’importe quel musicien un peu honnête vous le dira : un orchestre peut à la rigueur se passer de son chef, jamais de la contrebasse »). Viennent ensuite les désaccords. Cette encombrante compagne (« Une contrebasse, c’est plutôt, comment dire, un embarras qu’un instrument. Vous ne pouvez guère la porter, il faut la traîner, et si vous la faites tomber, elle est cassée. Dans un appartement, elle se trouve sans cesse sur votre chemin ») laissant peu à peu transparaître les frustrations et les rancoeurs du musicien et de l’homme qui va la dénigrer, l’insulter, la maudire…

Reprendre la pièce « La Contrebasse » était une gageure. Le public se souvient encore de la formidable interprétation de Jacques Villeret au milieu des années 90. Porté par l’habile mise en scène de Daniel Benoin, Clovis Cornillac réussit l’exploit de présenter le personnage sous un angle différent. Dans un décor représentant un studio de vieux garçon, le comédien livre une prestation drôle, profonde, intense, riche en émotions. Après de nombreuses années consacrées à sa carrière cinématographique qu’il réussit fort bien (avec les succès récents des « Brigades du tigre », « Faubourg 36 », « Radiostars » et un premier long-métrage en tant que réalisateur en cours de montage), sa prestation télévisuelle récente très remarquée (« Chefs » sur France 2), ce retour sur scène se solde par un brillant succès que les spectateurs de la Passerelle n’ont pas manqué d’applaudir chaleureusement.

Avec sa « Contrebasse », Clovis Cornillac a interprété une belle partition de comédien, sans fausse note.

Crédit photo : Bernard Richebé


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

L’Ecole de Musique de la Vallée de la Fensch en partenariat avec la Municipalité et la Passerelle ont organisé, le mercredi 25 février, une Master Class à destination des trompettistes et des pianistes de l’Ecole. Trompettiste de jazz de renom : Jan Schumacher était l’invité vedette de celle-ci.

Trompettiste né en Allemagne, Jan Schumacher a signé deux albums : « Windstille » et « Trapèze ». Avant son passage sur la scène de la Passerelle où il a présenté à un public nombreux ses onze nouvelles compositions, l’artiste (spécialiste du jazz oriental) a donné une Master Class aux élèves de l’Ecole de Musique de la Vallée de la Fensch (dirigée par Michel Galy).

Cette Master Class était scindée en plusieurs parties (conseils techniques, interprétation collective d’un morceau de Jan Schumacher, travail rythmique…) et en deux lieux, la Passerelle accueillant Richard Turegano (pianiste attitré de Jan Schumacher) et de jeunes instrumentistes pour un travail autour des musiques actuelles.

Cette Master Class s’est conclue à la Passerelle par une rencontre musicale entre pianistes et trompettistes.

Grâce à Jan Schumacher et à son équipe, les élèves de l’Ecole de Musique de la Vallée de la Fensch ont ainsi pu évoluer dans leur pratique instrumentale et musicale tout en se divertissant.

L'école de Musique accueille un virtuose de la trompette pour une Master Class

Légende photo : (de gauche à droite) Jacqueline Kruchten (1ère Adjointe au Maire en charge de la Culture, de la Communication et du Personnel), Michel Galy (Directeur de l’Ecole de Musique), Jan Schumacher (Trompettiste de Jazz)

Découvrez la vidéo de l'évènement


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL